2 février, 2009

POEMES D’AMOUR

Classé dans : Non classé — brunobonetunblogfr @ 13:18

           

       

   

:

 

  

 

 J’offrirai le plus beau des palais à celle qui me considèrera comme un roi

 

 image0013.jpg

  Vous me servez un hamburger ? , non quelle horreur ! plutôt pain complet, fruits et légumes crus

 

                          

 

 

  

 

  

 

             

Alzheimer

 

Tels des zombies, ils glissent dans la nuit 

 

              Esprits déchirés en lambeaux de folie

 

              De ce grand hall d’où nul ne sort 

 

             Seulement que le jour de sa mort

 

             Ils errent sans  but, allant et venant 

 

             Prononçant brides de mots incohérents 

 

             Criant sans cesse un  prénom  oublié 

 

             Vague souvenir d’un lointain passé    

 

             Corps gémissants dans leurs fauteuils 

 

             Ivres d’ennui, attendants le cercueil

 

             Fixants un horizon imaginaire

 

             Une cage, un piano, deux lampadaires   

 

             Et l’on se met à parler de projets de vie 

 

             Mais ce n’est qu’une grande hérésie 

 

             Pour tous ces êtres que l’esprit a quitté 

 

             Et avec cela tout soupçon humanité.                                                                      

 

 

 

 

 

             Je n’ai pas perçu son regard pourtant si ardent

 

             Elle s’est penchée sur mon cœur

 

             Y révélant  de secrets brûlants

 

             Pensées pleines de douceur

 

             Partie de ma vie qui me caresse le cœur

 

             Après quelques mois de malheur

 

             Douce chaleur infinie

 

             Ou étoile filante brillante dans la nuit ?

 

 

             Pour l’instant savourant d’instants partagés

 

             Images déposés à l’ombre de ma pensée

 

             De furtifs effleurements en attendant de s’embraser  

 

             En un feu dévorant nos âmes enlacées

 

             Ta main glissant sous mon bras

 

             M”a mis soudain dans un doux embarras

 

             Toi, jeune femme, me sentant contre toi

 

             Toutes les questions seront pour une autre fois

 

 

              Les gouttes d’eau, sur mon corps, se sont figées

 

              au bruit de tes bottes martelant les dalles glacées. 

 

              J‘attendais, en un vibrant instant

 

              désir que je savais, en ton esprit, présent

 

              qu’à cette porte tu t’y sois arrêtée

 

              y cueillir , sur ma peau , ces larmes de rosée.

 

              Souvenir de ce que tu n’as pas vu

 

              en cadeau, cette photo de moi ….. nu.

 

 

 

           C’est l’histoire d’une brune aux yeux noirs

 

             Qui, à ses heures, se prenait pour une star

 

             Le soleil si luminescent

 

             aurait été moins évanescent

 

             la belle, ivre de chants d’une blanche nuit

 

             de son succès s’est prise pour l’astre qui luit

 

             de beaux garçons elle a du y rencontrer

 

             A l’amant du moment point d’explication donnée

 

             C’est pourquoi dans les derniers instants je t’ai ignoré

 

             Pas star, simple cailloux, voilà ce que tu es

 

 

 

           Fillette, tu te prends pour femme

 

             Mais tu n’en as pas la maturité

 

             La vie t’en apportera la flamme

 

             Évites, auprès de vrais hommes, de t’y brûler !

 

Etre star ne dure qu’un instant, sois princesse éternellement ….

 

 

 

                Une amie aujourd’hui s’est envolée

 

               Pour une longue éternité

 

               Devant moi ses yeux se sont fermés

 

               Et mes larmes ne cessent de couler

 

               Tu voulais être personne publique

 

               Mais trop fragile pour la politique

 

               Ta maladie t’a emporté

 

               Comme le vent une feuille de papier

 

              Oh monde cruel et sans coeur

 

              Mais tu as tant négligé ta santé

 

              C’est ce qui a fait ton malheur

 

              Et détruit sur Terre notre belle amitié

 

              Ceux sont qui, par leur immense gentillesse

 

              Quand ils s’en vont nous laissent le plus de tristesse

 

              Mais que nos coeurs soit pleins d’allégresse

 

              Le Paradis leur est offert, de Dieu c’est une promesse

 

                             

 

            Je suis le gardien de tes rêves

 

              Toutes les nuits je regarde sans trève 

 

              A peine soulevé par l’air de la vie 

 

              Ton beau corps endormi  

 

              Cerbère de tes jardins secrets 

 

              Moi seul en détient la lourde clef 

 

              Si tremblante tu te mets à bouger 

 

              Un doux baiser sur ta peau satinée

 

              Te replonges dans les caresses de Morphée

 

              Attendant ton sourire je reste donc éveillé

 

              Pour lequel mon coeur va s”envoler

 

              Envellopée dans mes bras musclés

 

              Je te protège des dragons de papier

 

              Crachants de longs jets enflammés

 

              Quand, dans tes songes tu leur chatouilles le nez

 

              Femme fragile jamais je ne permettrai

 

              Que de tels monstres puisses te blesser

 

 

                   ONLY ONE        

 

            De la belle musique techno

 

            Diffusée sur le web par Mixx radio

 

            Mais je n’abandonnerai pas de sitôt

 

            Tous les autres genres musicaux

 

 

                               Poèmes 

 

         Encore enfant devant ses Légos

 

         Moi, je joue, avec les mots 

 

         Dévoré par de somptueuses rimes

 

           De l’esprit , les vers je les imaginent

 

           Sortants de mon coeur sans effort

 

           L’écriture est mon seul réconfort 

 

           Contre toutes les peines, souffrances

 

           Et là, pas de grande différence

 

           Pour mes joies aussi 

 

           En un beau texte en vers, réussi      

 

                              

 

             

 

                               

 

                             Merci

 

           Inondé de bonheur, serpent pour un temps écarté

 

           Ce soir je peux regarder le Ciel avec fierté

 

           Je te remercie Florence, qui par tes paroles appropriés

 

           Et ton grand esprit de Dieu éclairé

 

           M’a du mauvais chemin détourné

 

           Je remets mes souhaits dans les mains de Dieu

 

           Pas facile cette humilité quand on se dit guerrier valeureux

 

           Mais ce soir, de ce défi gagné j’en ai les larmes aux yeux

 

           Souffrance transformée en bonheur des plus somptueux

 

         

 

                           jeux de mots  

 

Une pluie de groseilles, un vol d’hirondelles, un océan de rires et l’age du capitaine sont des mots perdus dans la timbale du laitier

 

             Une forte pluie de milliers de groseilles

 

             Un vol d’hirondelles qui m’émerveille

 

             Sur l’océan rit un capitaine qui sommeille

 

             Jeune ou vieux pour moi c’est pareil

 

             Ivre, le laitier, sur sa timbale chancelle

 

             Dans laquelle ces mots perdus s’amoncellent

 

 

                               Goéland

 

              L’envol de ce grand oiseau blanc

 

              Ecartant ses ailes tout grand

 

              Son bec planté dans les nuées

 

              Bien droit comme une épée

 

              C’est bien ce magnifique goéland

 

              Dans l’air fier comme un étendard

 

              Jouant avec tous les vents

 

              Qu’ils soient fines brises ou grands blizzards

 

              Mais sur terre quel maladroit

 

              Chaloupant comme homme qui boit

 

              De ses ailes il est encombré

 

              Bel oiseau, là tu perds ta fierté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Départ dans la vie

 

                Je suis sorti de ce fruit

 

                sans un bruit , sans un cri

 

                inondé de lumière

 

                sous ce blafard réverbère

 

                crachant eau et matière

 

                rouge de colère

 

               je risque d’etre mangé

 

              par un malheureux assoiffé

 

              pitié ! rendez -moi ma moitié

 

              qui, des hommes, me cachait

 

                      

 

                        

 

              Bonsoir Dame, venue de la nuit

 

              Ton premier regard étonné

 

              M’a fait sourire de te voir essoufflée

 

             Si douce sensation qui soudain m’envahit

 

             De te résister, dernier bastion de ma grande fierté

 

             En vague de désir va se transformer.

 

             Dans ta vie, tu m’invites doucement

 

             De te connaître, j’en prendrai le temps

 

             Sur ton répondeur ta voix d’enfant

 

             Comme pudeur des sentiments

 

             Pas seulement de la fontaine, un jet

 

             torrents de douceurs, je te promets

 

             Te marquer au fer rouge pour l’éternité

 

             Des plus doux de mes baisers

 

             Si, tu dis, dans le temps d’avant

 

             Tu n’as vu que du noir et blanc

 

             T’inonder de lumières roses et bleues

 

             Tout pastel, en caresse pour tes yeux

 

             Te glisser avec moi dans un rêve sans fin

 

             Tout en douceur, te tenant par la main

 

             Je revois sous mon corps brûlant

 

             Tes yeux mi-clos

 

              De douceurs, ta bouche déversant

 

              De tendres mots

 

              Ce soir, je viendrais me poser sur tes lèvres

 

              T’y déposer les plus beaux rêves

 

               les plus tendres mots d’amour

 

              Te les dire pour toujours.

 

                 Quand, dans ton cœur, tu ressens la brûlure

 

                 de notre douloureuse rupture

 

                 Saches, que je pleure, voyant tes blessures

 

              Ne fais pas de l’avenir ta sépulture   

 

 

 

                  Je me battrais fusses toute l’éternité

 

              Pour trouver femme et fonder foyer

 

             Même si ce combat pour bonheur a un prix

 

             Simplement, l’intense désir de donner la vie

 

             Toi, tu as déjà fait toutes ces choses là   

 

             Tu vois, Marie, n’espère rien de moi 

 

             prends un autre chemin et suis ta voie

 

             Je suis si triste de voir tes larmes couler

 

             calme tes yeux et laisser la vie te bercer

 

             Bientot, un autre, sur ton coeur, viendra s’y reposer

 

             Et de moi, même mon nom, tu auras oublié

 

 

 

 

           Quand connaîtrai – je cette paix, mystère

 

             Et celle que depuis longtemps j’espère

 

             Seulement, pour l’instant, sombre misère

 

             transformant mon coeur en un vaste cimetière

 

             Avec toutes se disputer

 

             Menaces à peine voilées

 

             Je suis fatigué de tous ces combats

 

             je n’ai pas l’ame d’un soldat

 

             suis plutôt un cultivateur

 

            aime regarder pousser de belles fleurs

 

            Quand, inconnue , serais – je bien avec toi ?

 

             Viens vite, me délivrer de ces orgies sans foi

 

             Je rêve de cette paix, de bonheur et de toi …..

 

                           

 

                

 

             Volant dans tous les endroits

 

             poussée par la brise, elle va

 

             Ailes de libellule dans le dos

 

             elle le montre sur une photo

 

             n’apparaît qu’un seul instant

 

             voilée d’un parfum évanescent 

 

             Belle et surtout magique

 

             appartenant au monde mystique

 

             Qui sera l’apprivoiser ?

 

             ca, nul ne le sait

 

             celui qui sera lui enlèvera les ailes

 

             deviendra, alors, femme et simple mortelle

 

             Les fées ne peuvent se marier

 

             si elles ne sortent de leur monde éthéré

 

             elle a, ses filets tendus,

 

             à chaque coin de rue

 

             est devenue V.I.P

 

             quand “ menace” ( ! ) est arrivé

 

            jonglant avec les mots

 

            sénarisant ses photos

 

            ne suis pas “silence des agneaux”

 

            aucune femme découpée dans mon frigo !

 

            je ne lui dirais plus de mots méchants

 

            je m’éclispe doucement

 

            dire à cette Fée, adieu

 

            lui souahaitant des jours heureux

 

 

                  

 

                      

 

           Ne pouvoir donner un peu de pain

 

           Ne plus pouvoir tendre une main

 

              A ce cœur meurtri

 

              Par les plaies de la vie

 

           Espérer que cette guerre

 

           Un jour, puisse se taire

 

           Je voudrais tant vous assister

 

           Mais le Roi, là, manque d’idée

 

           Que de maigres mots éparpillés  

 

           Ne vous enfermez pas dans votre douleur

 

           Qui me fait, en cet instant,  si peur

 

           Je voudrais vous donner une lumière

 

           et sécher vos paupières

 

           qui aurait détruit

 

           l’ombre de votre triste nuit

 

           je me sens, soudain,  si inutile

 

           De ne point pouvoir vous aider, me mutile

 

 

                                 

 

             Comme ….. 

 

           Sur cette Terre toute ronde

 

           differents comme deux mondes

 

           figés et  face à face

 

           comme deux cubes de glace

 

           je ne te demandes rien

 

           pas comme huissier, tous nos biens

 

           juste une goutte d’amour

 

           comme rosée à fleur, au p’tit jour

 

           je te donne ma vie

 

           comme du jus donne ce fruit

 

 

 

           

 

          Madame l’Humanité

 

          Homme au coeur d’enfant

 

          je ne suis pas méchant

 

         meme si parfois , je crie

 

         seulement victime de mépris

 

         je vous tiens pa la main

 

         vous accompagner à la croisée de vos chemins

 

         partageant vos sourires et vos larmes

 

         soutenant vos pas, devant les drames

 

         Vous, qui me comblez de vos propos

 

         en un torrent de gentils mots

 

         de ce que, de vous, j’ai recu

 

         j’en suis , ce soir , tout ému

 

                     

 

Tête de pain

 

Couteau entre les dents

 

J’en ri, mais rien de marrant

 

Je suis tout en mie

 

Donne avec eau , la vie

 

d’une partie de moi , allez couper

 

Pourquoi ne pas vivre, sans l’autre blesser ?

 

En petits carrés, aiguisées sont mes dents

 

De vous ne suis point différent

 

Sauf quand je m’émiette

 

En p’tits bouts sur les serviettes

 

Là, j’entends de la ménagère, les cris

 

Car c’est elle qui ramasse et essuie

 

Marié parfois avec une tranche de jambon

 

Chocolat ou fines rondelles de saucisson

 

Avec du beurre ou des cornichons

 

On m’agrémente avec tous les condiments

 

Et me mange sur tous les continents

 

 

 

 

 

                    

 

                   

 

Votre réponse de vous savoir en vie

 

je vous assure, me suffit

 

déjà, quand vous étiez enfant

 

p’tite salopette de carreaux blancs

 

regard fixant l’horizon, yeux intrigués

 

comme si l’avenir, déjà , vous scrutiez

 

le Roi, jamais ne se permettra

 

de vous voir chuter trop bas

 

il se fait un royal devoir

 

de redonner, ce qu’on appelle, l’espoir

 

 

 

Ta belle voix empli le studio

 

S’y reflète comme l’onde du ruisseau

 

Ecrin de sourire éclatant et si beau

 

Qu”envellope ce si doux morceau de piano

 

Un délice  de sons en cascade, clairs et rythmés

 

Sous un regard de panthère apprivoisée

 

Lueur de tes yeux rayonnants de sonorités

 

Micro tremblant, le son , délicatement va s’y déposer

 

 

 

                      

 

(  qui m’a fait croire qu’elle était seule ! )

 

Sur tes lèvres sucrées

 

d’être le seul , je rêve

 

d’y déposer de tendres baisers

 

te dire que je t’aime

 

     

 

         La vie en bleu

 

  Quand je suis dans tes bras

 

je en penses plus qu’a toi

 

dans le fond de tes yeux

 

j’y vois un monde merveilleux

 

je n’en ferais pas une chanson

 

mais tu m’a sorti de cette prison

 

où m’avaient enfermé

 

et la clé, dans le lac, jeté

 

la Belle au bois dansant

 

et ses deux mille princes charmants

 

Blanche- neige , que nul ne réveille

 

son chat blanc, au pays des merveilles

 

sont des songes d’enfant

 

mais , toi , Femme, réellement

 

 

 

 

 

 

Bonjour, n’est pas qu’un mot

 

une naissance

 

une révérence

 

ouvre un horizon nouveau

 

Bonjour, est une caresse

 

pleine de délicatesse

 

un regard, un sourire

 

vers l’autre s’ouvrir

 

Bonjour ce mot majestueux

 

royal et même somptueux

 

cadeau de celui qui l’envoi

 

ravi le coeur de celui qui le reçoit

 

 

 

Femme -papillon ta photo jaune -orangée t’a trahie

 

doucement, à l’oreille , elle m’a dit :

 

« je suis une petite fille toujours en sourire

 

             qui se cache derrière femme montrant ses désirs« 

 

Joli papillon tes ailes se fanerons

 

quand l’aaignée du temps, sa toile, tissera

 

en éclair, les réponses, alors, seront

 

quand le miroir, de tristesse, se voilera

 

       

 

Il est des mots sans pareil

 

il est des mots éternels

 

il est des mots couleur de miel

 

il est des mots chauds comme soleil

 

il est des mots sans saveur

 

pour exprimer de la rancoeur

 

des mots tristes et laches

 

comme vilains qui se fachent

 

des mots de désespoir

 

sans issue, comme trou noir

 

des mots qui durent toujours

 

qui riment avec amour

 

des mots de rires et de joie

 

alors , ces mots sont de moi

 

            

 

                 

 

 

 

Il est loin le temps où je volerai, dans le ciel,  très haut

 

il est loin le temps où je carresserai ta douce peau

 

il est loin le temps où ton regard sera fond de mes yeux

 

il est loin le temps où l’on partagera moments amoureux

 

chaque insantt où , dans mon coeur, je te vois

 

chaque instant me rapproche de toi

 

le temps n’a plus d’importance

 

avoir, ou pas , de l’impatience

 

nous savons que nos coeurs se rapprocherons

 

et que ta main dans la mienne, nous marcherons

 

 

 

 

 

Je t’offriai les reves les plus fous

 

et les mots les plus doux

 

pleins de soleils bleus

 

rien que pour tes yeux

 

un bouquet d’églantine

 

des roses sans épine

 

de la chaleur dans ton coeur

 

pour effacer tous malheurs

 

t’apporterais sur un plateau d’argent

 

tous les jours de tendres croissants

 

les matins rossignols à ta fenetre

 

te chanter des airs de fetes

 

de belles robes de princesse

 

pour bals pleins d’allégresse

 

chapeau tout mignon

 

carrosse tiré par deux étalons

 

des servantes dévouées

 

pour petits plats bien mijotés

 

mon sourire tous les jours

 

pour te déclarer mon amour

 

 

 

 

 

 

 

Certains souffrent de solitude

 

d’autres de multitude

 

personne jamais content

 

dans ce monde en tourment

 

 Les trains arrivent en retard

 

les visages bouffis de cafard

 

le citron se transforme en citrouille

 

et là , commencent les embrouilles

 

 Va te faire cuire un oeuf

 

et voler la moitié d’un boeuf

 

dans les nouilles, la tomate

 

sur la viande, les aromates

 

 

 

 

 

La nuit ressemble au jour

 

Et ca ne veux pas dire toujours

 

un océan de rires

 

un ciel qui respire

 

une colline de douveurs

 

et ton sourire du coeur

 

Je ne savais pas

 

qu’arriverai cette heure là

 

tu m’as entrané dans ton lit

 

nue, tu m’as souris

 

je en comprenais plus rien

 

ni le mal, ni le bien

 

ce que je devais faire

 

à cet instant sur cette Terre

 

Alors, je t’ai pris dans mes bras

 

t’est sérré, fort contre moi

 

Meme les reves les plus fous

 

comme carré ressemble à roue

 

nous allons faire l’amour

 

La nuit ressemble au jou

 

 

 

 

                   S.D.F

 

Toi, qui ne peux rester debout

 

Toi, qui est dans une flaque de boue

 

Aujourd’hui, j’ai mis mon armure

 

pour te préparer un océan d’eau pure

 

Pour toi, je me suis fait très peur

 

t’éviter de sombrer dans l’horreur

 

Ma main rendue, fait que tu espères

 

de te sauver de ton sombre calvaire

 

Dans ton coeur , aussi , donner du pain

 

apaiser ta faim

 

Vivre la flamme de mon prochain

 

Et, aux autres, montrer le chemin

 

Etre Homme, avec une majuscule

 

n’est pas un rêve de sommambule

 

vous pouvez, aussi, tous le devenir

 

suffit d’en avoir le désir

 

Aider de tout coeur son prochain

 

Briser ses chaines et apaiser sa faim

 

 

 

         

 

Ma chère Lili

 

aux larmes, j’en ri !

 

tu vas te couvrir de ridicule

 

devant toute la péninsule !

 

j’aimerais voir ces calabrais

 

déplacés à grands frais

 

en costumes, Ray- ban et pistolets

 

râler, devant cette battisse abandonnée

 

c’est eux qui vont se  » casser le nez « 

 

faute de casser le mien

 

Bien fait , pour ces sombres vauriens

 

Surtout très expérimentée (!)

 

comme dit ta publicité

 

c’est ce qui fait ton charme enfantin

 

surtout, à ça , ne touche à rien.

 

Envoie moi, plutôt une jeune calabraise

 

Brune, jolie, au yeux et cœur de braise

 

Je serai, en un beau sourire, l’amadouer

 

Lui déposer, sur son corps, de doux baisers

 

 Une pluie de groseilles, un vol d’hirondelles, un océan de rires et l’age du capitaine sont des mots perdus dans la timbale du laitier. 

 

 J’écris de belles histoires pour les enfants

 imaginer leurs sourires et leurs regards pétillants
                                                                                                                                                       

 

 

 

Un soir, la fée Coline vint visiter son ami le lutin Séraphin. Elle avait
revêtu pour l’occasion sa belle robe de nuages, et mis dans ses cheveux les
gouttes d’or trouvées à l’aube en son ruisseau ” Ding, ding, dingue dingue,
gingledingue “, carillonna-t-elle gaiement. Séraphin, fort heureux, lui
ouvrit toute grande la porte de ses rêves, et offrit à Coline le plus beau
des firmaments. Toutes les étoiles étaient là : la nébuleuse du
Sagittaire gambadait gaiement sur la voix lactée, tandis que la Grande Ours
faisait cligner Vénus pour séduire Neptune. La lune était rousse du soleil de
demain, et ronde de joie du jour finissant. La terre toute bleue se laissait
tournebouler dans l’heureuse et tendre valse des astres enchantés.
Tout à coup, l’amie Coline, horrifiée, vit un bizarre gros lézard enserrer le
cosmos de Séraphin le lutin. Quand le monstre aperçu la fée planer loin de
ses habitudes, il sourit de toutes ses dents noires, laissant filer une
vilaine bave aux coins de sa gueule verdâtre.
” Ah, ah, belle Coline, te voilà dans les rêves de Séraphin et bien moi, je
suis son cauchemar. Je peux, si je le veux entraver sa mémoire “
–Alors , sanglota-t-elle, il ne se souviendrait plus des baisers que je lui ai
donnés ?
” Non, répondit-il, et je peux aussi lui voler ses plaisirs “
Il ne goûterait plus les bonbons de rosée, la mélodie des linottes, l’air
frais du matin, le parfum des violettes, ni même le ciel enflammé au couchant
?…
” Je peux le priver de tout cela, mais je peux encore lui dérober bien pire “
Il éclata d’un gigantesque rire, qui fit s’éteindre la voie lactée, et
sombrer la nébuleuse du Sagittaire, les quatre fers en l’air ;
- Pire  ne peut exister Gros Lézard ! Pourquoi tant de cruauté ?
“Parce qu’il faut bien des méchants, pour faire exister les gentils !
s’esclaffa-t-il . Et puis sache pour ta gouverne qu’il y a toujours pire que
le pire . Je peux lui prendre son amour et sa vie même ; il y aura toujours
bien pire “
- Que veux-tu dire encore lui demanda-t-elle, tremblant pour son ami.
” Tu m’agaces, tes questions me lassent bécassine Coline. Reviens demain et
soit plus maligne, car toi seule pourra le sauver… “
Avant même que la fée ait pu formuler une autre question, de son grand
souffle fétide Gros Lézard la propulsa hors des songes de Séraphin. Elle
retrouva son ami, recroquevillé et tout tremblant.
” Pardonne-moi, douce Coline, je t’ai faite entrer dans le plus horrible des
cauchemars ! Plus jamais je ne pourrai dormir ! “
-  Non, Séraphin, tu sommeilleras de nouveau, car moi, Coline, je sauverai tes
songes…ses yeux d’or plongèrent dans ceux de jade du lutin, et par ce regard,
l’âme de la fée vint caresser le cœur palpitant de son ami. Lorsqu’il fût
apaisé, elle promit de revenir demain , et ne dit rien du rendez-vous avec
Gros Lézard, qui la terrifiait.
De retour dans sa maison du fond du bois, Coline prit un bain de lait et se
lova dans une cosse de noix. Elle pépia doucement et les oiseaux affluèrent,
laissant se poser sur elle leur duvet le plus délicat. Retrouvant ainsi son
lit de douceur la fée fît venir à elle ses rêves les plus chers, pour vaincre
les idées noires de Gros Lézard. ÃÃÃAu petit matin frais, Fée Coline s’éveilla dans les parfums de rose et de
pivoine. Elle avait rêvé de ses noces avec le beau Séraphin, lui tout de vert
vêtu, elle, parée du pétale unique de l’arum. Il y avait là le Grand Roi
Brécazar , la Fée Chocolat, sa sœur Vanille et tous les feux follets, nymphes,
princes et princesses de la forêt. Ils avaient dansé la valse et fait la
farandole du soir au matin, tourné, viré, et gambadé dans le plus beau rêve
de la Fée.
Riche de sommeil, Coline se drapa d’un rayon de soleil, et posa sur sa tête
un grand chapeau de lune, orné d’un morceau d’Arc-en-ciel. Ainsi vêtue, plus
lumineuse que jamais, elle partit au devant de son ami. A cette heure, il
folâtrait souvent dans les roseaux, en compagnie de l’oiseau-mouche et du
poisson volant. Sans succès, elle le chercha à la mare aux panards, sa
préférée. Chemin faisant, elle rencontra dame libellule qui chantonnait
gaiement une nouvelle ritournelle.
” Dame bleue, Libellule funambule, aurais-tu vu ce matin mon bon Séraphin ? “
- Tu patines, jolie Coline, ton grand copain a bu le vin toute la nuit, en
vain ce matin il voudra se lever, jubila la belle, avant de disparaître sous
les feuillages.
” Ah ! Maudit Lézard, pensa la fée toute triste, pour échapper à son
cauchemar, mon lutin est allé à la mare au pinard ! “
Enfin, elle trouva Séraphin assoupi à l’ombre généreuse d’une feuille de
figuier. Doucement, Coline posa du bout de ses cils un baiser papillon sur le
nez du dormeur. ” Fais-moi entrer dans tes rêves susurra-t-elle, câline “.
Pour toute réponse, la porte des songes de Séraphin grinça, s’entrouvrit à
peine et se referma aussitôt. Le fêtard bougonna, et se rendormit à point
fermé. La Fée, têtue et tendre, laissa son souffle léger quérir le pollen
d’une iris et l’amener sous les narines de son ami l’assoupit. Cette fois, il
éternua pour de bon et ouvrit les yeux sur son éblouissante amie.
” S’il te plaît ouvre-moi la porte de tes rêves, mon doux Séraphin,
demanda-t-elle de nouveau “
- Ah ! Pauvre de moi, ma fée jolie, tu resplendis, et je suis gris. Mes rêves
sont noyés dans le plus épais des brouillards, et, caché au fond d’une vase
visqueuse, je sens, je sens, douce Coline, je sens l’immonde Lézard. Va-t’en
très loin ma belle amie, car tu ne pourras plus jamais visiter mes rêves. Je
m’en irai aussi, traînant au hasard, mon monstrueux cauchemar. Va-t’en,
vas-t’en vite ! Te voir si jolie me fend l’âme et ma tête résonne du glas de
te perdre déjà.
” Ta tête a le mal de la mare au pinard ! Je ne m’en irai pas, et puisqu’il
le faut, foi de fée, je forcerai la porte de tes rêves pour aller trouver ce
fabuleux Lézard ! “
Ponctuant ses fermes résolutions, elle asséna un grand coup de bois
d’amourette sur la tête de son ami, qui s’affala. Tremblante, elle franchit
enfin la porte de ses rêves Ainsi que Séraphin l’avait prévenue, elle se trouva dans un sinistre marécage
noyé dans un épais voile de brouillard. L’eau, troublée de vase, était
glacée. De temps à autre, d’énormes chauves-souris surgissaient en vol
silencieux au-dessus des roseaux, tandis que de drôles d’oiseaux aux yeux de
braise chuintaient.
Fée Coline éclaira ce marasme de son doux halo de soleil et de lune, tandis
que le ruban arc-en-ciel effleurait doucement le rêve du Lutin. Quelques
nymphéas dévoilés s’épanouirent, et Dame Libellule se posa.
” Coline, copine, que fais-tu dans ce sinistre songe, attention que la
mélancolie ne te ronge ! Gare à l’amour qu’il ne te brise, que lumière, tu ne
vires grise ! “
- Gente libellule, oublierais-tu que bonne fée je dois rester ? Que serai-je à
la fin, si je laissais pleurer, mon doux et gai Séraphin ?
” Que vas-tu faire ? Sans retard tu vas croiser le Gros Lézard ? Viens-t’en,
viens vite sur mon dos ! Je t’emmène ! Partons, partons à tire d’ailes, je
vois d’ici un grand chambard, voici venir le gros Lézard. “
Dame Libellule, affolée tirait, poussait en vain la bonne fée, pour l’enlever
du cauchemar.
- Vole, vole, mon amie! et surtout, n’oublies pas, si dans les rêves de
Séraphin je m’enlise, dis lui bien qu’à lui seul j’étais promise !
Un rire sombre et sardonique, se fît entendre non loin d’elles. La libellule
apeurée prit son envol, laissant Coline, seule lueur en l’air troublé. Gros
Lézard était déjà là.
- Mais la voilà pouêtique et surtout bien téméraire, de porter jusqu’ici sa
faible lumière, ricana-t-il, en contemplant de son œil glauque la frêle fée
qui osait ainsi le braver. As-tu songé toute la nuit à l’énigme qu’hier je
t’ai proposée ?
” J’ai rêvé cette nuit du plus beau bal de ma vie, il y avait là tous mes
amis. Nous avons dansé et tant ri ! “
- Comment, tu me dis que je ne t’ai point hantée, tout le soir ? Cesse de te
vanter de tant d’amour, ta légèreté va l’éventer. Tu ne sais réfléchir et
Séraphin va fléchir, menaça-il !
” De quelle énigme, s’agit-il ? ” demanda-t-elle, distraite, et batifolant de
ci de là .
- Mais enfin regarde-moi ! tu n’es pas, que je sache, dame feu-follette ! et
puis tu oublies mon énigme ! Ta mémoire je vais rafraîchir et, je te le jure,
tu cesseras bien vite de sourire.
” Vas-y, vas-y, cher gros Lézard ! je t’écoute, et me baignerai plus tard.”
- Sache Fée que je ne suis le ” Cher ” de personne, on me fuis, car où je
suis, j’empoisonne.
” Pauvre de toi ! N’y a-il nulle part une dame Lézarde qui te passionne ? “
- C’est ta raison qui se lézarde ! je hais d’avance toutes les flammes qui
ferait fondre mon sang de glace. Et toi, petite, tu m’échaudes, tu m’échaudes
à gigoter comme ça ! Veux-tu, oui ou non, résoudre cette énigme, et sauver le
lutin ? “
” C’est ça, jouons ! ” s’exclama-t-elle, apparemment ravie.
- Ma complice l’araignée ne serait-elle pas venue visiter son plafond ?
s’interrogea Gros Lézard, s’arrachant les écailles. Or donc, reprit-il
théâtral, j’ai entravé sa mémoire et volé ses plaisirs, mais il y a pire :
qu’est-ce…le monstre s’interrompit, il commençait à bouillir…
Coline, chantonnait, trottinait, vire voletait et petit à petit…se dénudait !
” Envisagerais-tu, par hasard, de voler l’espoir de Séraphin ?
l’interrompit-t-elle, le narguant à son tour.
Le chapeau Lune était déjà posé au coin du rêve, tandis que rien ne semblait
plus pouvoir interrompre la fée mutine, qui papillonnait autour du monstre
baveux.
” Sais-tu que ce rêve est mon pays, que mon rêve est cet ami, et que toi
pauvre Lézard tu ne peux y séjourner bien tard ! “
Ce disant, la belle se défit prestement du rayon de Soleil dont elle s’était
enveloppée au matin, tandis que l’Arc-en-ciel s’épanouit en un large sourire.
De la voir si belle, Gros Lézard se consuma d’une flamme que rien ne pouvait
plus éteindre.
ÃÃÃLe ciel caressé de cotonneux nuages rosit à l’apparition de cette Vénus et le
songe tout entier s’illumina.. Les poissons et les grenouilles clapotaient
hilares, dans la mare aux panards rendue au Lutin. Alors, Fée Coline plongea
dans l’onde claire pour s’y baigner en rêve, tout près de son amour, qui
sommeillait toujours.          
                

                 Je sais très bien m’occuper des p’tites Fées ! 

Photo Joel Olivé  http://www.photolivie.book.fr/

Film réalisé en 2007  :  http://youtu.be/OPtA1wuJpCo        

 

 

NEUROPATHOLOGIE DE LA CHUTE

Dans la chute, il y a une bonne façon de s’en sortir indemne , c’est de renoncer à la gravité du destin qui vous attire inexorablement vers le bas.             Le principe de communication est basé sur une définition virtuelle des mots alors que les idées sont non référencées ou déformées par une vision aléatoire, des déformations de la pensée.  Dans la chute , il y a une bonne façon de s’en sortir indemne, c’est de rebondir pour revenir a la hauteur initiale.             Le temps n’est définissable que dans l’érosion de la pensée, favorisant la chute des corps. Les mécanismes de la pensée sont altérés par la gravité lors d’une chute, le cerveau se focalise sur le point d’impact afin de pouvoir oublier la suite des événements, si tant soit est qu’il puisse y en avoir une. Il la définie donc inconsciemment par la négative, sélectionnant l’option qu’il considère comme la plus probable. .                    On dira donc que champ d’action de la pensée est cloisonné dans le volume exigu du cerveau. Il ne peut s’en évader que si sa vitesse est supérieure a la gravité virtuelle de la masse de l’organe cognitif. Dans le cas d’une chute, la vitesse augmente la gravité, qui induit une masse plus importante pouvant aller jusqu’au trou noir, phénomène bien connu des astro- physiciens qui observent les implosions de vieilles étoiles. .                  Les sujets qui font une chute importante sont souvent victimes de ce trou noir, mais au moment de l’impact, l’arrêt brutal du mécanisme gravitationnel engendrant une perturbation destructrice de la pensée.  Donc, études démontrent de façon irréfutable que la liaison entre le corps et l’esprit peut être rompu par l’arret la force gravitationnelle engendrée par la chute.                       Par contre, les sujets bénéficiant d’un cerveau de taille réduite sont favorisés, la force gravitationnelle n’ayant que peu d’effet sur eux, le vide existant entre la boite crânienne et le cerveau empêche l’effondrement des cellules sur elles- mêmes en maintenant une pression négative, similaire a celle qui existe dans les plèvres pulmonaires Les personnes ayant un petit cerveau pourraient donc, par exemple, être exemptées du port du casque.                       Extrait de la thèse du Pr. Bruno  , neurorigolo, directeur de recherche a l’institut des sciences neuro- physiques. Publication du mensuel LE NOUVEAU MEDECIN ,juin 2005   N. B. Le Pr. Bruno : ses théories sont l’aboutissement de longues années d’expérimentations, d’un  travail  acharné et innovant. Il doit faire souvent faire face a des détracteurs, souvent jaloux de l’originalité de ses publications. Le Pr.Sy Napse, de la faculté de Paris est son principal collaborateur. 

      Pantoufle, le mangeur de cigogne est l’ennemi juré des parents, Qui, à cause de lui, ne peuvent plus avoir d’enfants. le mangeur de cigogne fait peur dès qu’il traverse une contrée. «  le mangeur de cigogne, le mangeur de cigogne ! » Echo répondant du haut de la  montagne «  le mangeur de cigogne, le mangeur de cigogne ! » les jeunes couples s’enferment et crient «  va t’en mangeur de cigogne ! » dans ce fertile pays jouaient jadis des grappes de p’tits garnements, plus rien ne vit. Pantoufle s’excuse, promets qu’il ne recommencera plus mais comme le dit Nymphette la gardienne du village «  un mangeur de cigogne, restera toujours un mangeur de cigogne ! » Tout le village lui apporte des plats de toutes sortes : -         Pantoufle, du rôti de baleine ? -         Pantoufle, un morceau de cachalot ou de chocolat ? -         Non, je suis un mangeur de cigogne et un mangeur de cigogne, ne mange que des cigognes ! -         Nous savons que tu es un mangeur de cigogne, Pantoufle ! -         Oui je suis qu’un misérable mangeur de cigogne, se lamente Pantoufle ! un pauvre mangeur de cigogne !    _     Arrête de gémir, mangeur de cigogne, crie Portbébé, l’père cigogne, le bec rouge de colère.         Un enfant lui tire la manche : mangeur de cigogne, dis, je voudrais tellement un p’tit frère ! »  -     Bien sur dit Portbébé qui secouait son bec, si ce mangeur de cigogne ne m’a pas mangé, je t’en rapporte un ! -         Promis, je ne serai plus jamais un mangeur de cigogne, jura Pantoufle.        Le bec s’arrêta, étonné ; -         tu ferais çà, mangeur de cigogne ? -         oui, répondit doucement Pantoufle, le mangeur de cigogne. Il rougit et baissa la tête. -         Moi, je me méfies de la parole d’un mangeur de cigogne ! -         EX, mangeur de cigogne ! riposta Pantoufle, fier de lui. -         Je ne mangerai que du rôti de baleine et du cachalot au chocolat ! -         Et j’aurais un p’tit frère, sautilla l’enfant, les yeux brillants de bonheur.                     La nuit tombait et tout le monde, soulagé du repentir du mangeur de cigogne, se mit a espérer l’arrivé de nouveaux- nés.   Notre ami Pantoufle, le mangeur de cigogne, posa sa tête sur un nuage d’étoiles et s’endormit      Au petit matin, tout le village fut réveillé par un grand cri :   -         le mangeur de cigogne, l’horrible mangeur de cigogne !   les volets de toutes les maisons s’ouvrirent en même temps et tous criaient : -         que ce passe t’il ? -         le mangeur de cigogne !, le mangeur de cigogne ! -         qui, le mangeur de cigogne, quoi, que ce passe –t-il ? -         mais vous m’avez pas vu, il n’y a plus de cigogne dans les nids !          Les nids étaient effectivement vides et là, tous étaient convaincus qu’il s’agissait de Pantoufle, le mangeur de cigogne. Le village parti à la recherche du mangeur de cigogne. Les commentaires fusaient de toutes parts : -         c’est le mangeur de cigogne qui les a emmené. -         Non, ce p’tit mangeur de cigogne nous a promis qu’il ne mangerais que du rôti de baleine au chocolat ! -         Il ne faut pas croire en la parole d’un mangeur de cigogne ! Les hommes s’armèrent de fourches et de longs bâtons, pour punir Pantoufle le mangeur de cigogne. La battue commença. La campagne était pleine de villageois criant : «  mangeur de cigogne, mangeur de cigogne nous te retrouverons ! » Echo, du haut de sa montagne répliquait : «  mangeur de cigogne, mangeur de cigogne nous te retrouverons ! »    Mais point de mangeur de cigogne. Tous se demandaient où avait bien pu aller ce mangeur de cigogne. La nuit tombait doucement, les paysans décidèrent de rentrer, déçus,  ne sachant que faire pour retrouver ce méchant mangeur de cigogne.    Le soir, tous ne parlaient que de Pantoufle, le mangeur de cigogne. Tous se lamentaient devant les berceaux vides. Tous maudissaient Pantoufle le mangeur de cigogne.     Le jour s’était levé depuis longtemps et tout le village vaquait à ces occupations, quand soudain le ciel s’assombrit.   Le soleil, vexé, se cacha derrière ce nuage qui s’approchait a vive allure. Personne ne pensait plus au mangeur de cigogne, tous regardaient le nuage. Des milliers de cigognes descendaient du ciel portant chacune un bébé. Elles pénétraient dans les maisons, distribuant des milliers d’enfants, en bon ordre, respectant les bons de commande que les parents leur avaient confiés. Personne n’aperçut Pantoufle, le mangeur de cigogne, qui juché sur le dos d’un canard sauvage, guidait et dirigeait les oiseaux.       Quand tous les enfants furent distribués, Pantoufle le mangeur de cigogne, fut reconnu et porté en triomphe par tout le village.  -  vive Pantoufle, le mangeur de cigogne, vive Pantoufle, le mangeur de cigogne. Echo, caché dans la montagne et toujours aussi bavard, répéta : « vive Pantoufle, le mangeur de cigogne, vive Pantoufle, le mangeur de cigogne » -         EX mangeur de cigogne, riposta encore Pantoufle, pas peu fier ; Je ne mangerais que du rôti de baleine et du cachalot au chocolat !             

 

           LA MACHINE A RALENTIR LE TEMPS  

1. Le défi
Pour le vénérable Professeur Lefrin et toute son équipe, il convenait de s’atteler à une tâche majeure. A savoir : créer une invention qui changera la face du monde. Pour cette raison, il apparut très rapidement au Professeur que seul le contrôle de la VIE HUMAINE pouvait constituer un défi à l’échelle de son immense talent. Après maintes tentatives, l’équipe du Professeur centra ses recherches autour d’un objectif unique : allonger la vie (”décidement, vous êtes trop fort Professeur….” – paroles de Simone Pinchu, secrétaire du Professeur Lefrin ). 2. Les premières pistes de recherche
Très rapidement, l’esprit incomparable du Professeur Lefrin comprit qu’une certaine catégorie d’individus disposait déjà des prémices de l’allongement de la vie : les vieux (oui, les vieux et non les personnes agées). En effet, tous ceux qui ont pénétré dans une maison habitée par des vieux, ou mieux : dans une maison de retraite, on pu constater que le temps ralentit dans ce type d’endroit. Il suffit de se remémorer les heures interminables passées à coté du fauteuil Everstyle de Mémé, à écouter et ré-écouter ses 4 histoires éculées entrecoupées de silences interminables. Dans ces moments, tous ont constaté que l’heure passée chez Mémé donnait l’impression d’en durer 4. Cela signifie donc que certaines personnes savent étirer le temps afin de vivre plus longtemps ….  Mais quel est donc ce secret ? Seul Dieu le connaîtrait-il, ou le livrerait-il uniquement à ses bergers dont l’âge avancé les rapproche des limbes ? NON, le Professeur Lefrin, grâce à son incomparable intelligence, a percé le secret de la vie quasi-éternelle. 3. Le Secret
Le ralentissement du temps passe par un cocktail précis d’ingrédients, dont seul l’équipe du Professeur maîtrise le parfait dosage :
-    activité intellectuelle minimale
-    solitude
-    aucune animation, ni divertissement
-    insomnie
-    attente interminable 4. Le concept
Grâce à sa “MACHINE” A RALENTIR LE TEMPS, le professeur Lefrin vous permettra de multiplier vos journées jusqu’à 4 . Ainsi, votre vie atteindra une incomparable longévité, sans toutefois que vous perdiez tous vos proches (telle Jeanne Calment qui ne connaissait pas ce concept) puisque votre âge réel ne sera modifié. Le produit élaboré par le laboratoire du Professeur Lefrin consiste en une série de stages au cours desquels, en plus de vivre plus longtemps, vous acquerirez une technique très élaborée pour poursuivre l’expérience de retour chez vous. 5. Les stages
-    Stage de niveau 1 :    1200 euros
. Durée : 1 semaine (possibilités en Février ou Mars)
. Hebergement : résidence “les Vieilles Perches” à Bouzonville (57)
. Nombre de stagiaires : 1 personne
. Activités :Saisons 1, 2 et 3 de L’inspecteur Derrick
Méditation
Lecture du “Courrier Picard” – page Etat Civil
Représentation théâtrale par la troupe Les Muses de Bouzonville de “Les yaourts du sérail”
Le jour du départ, arrivée à la gare de Bouzonville 3 h avant l’arrivée du train

-    Stage de niveau 2 :    2200 euros
. Durée : 2 semaines (possibilités en Janvier ou Février)
. Hebergement : cabane du père Frossart à Saint Sulpice le Guéretois (23)
. Nombre de stagiaires : 1 personne
. Activités :    Saisons 3, 4, 5 et 6 de L’inspecteur Derrick (si, si, on revoit la saison 3)
Méditation
Insomnie
Lecture de tout Proust en version Moldave
Ballet classique à la salle communale
Soupe à l’eau
Le jour du départ, arrivée à la gare de Saint Sulpice le Guéretois 8 h avant l’arrivée du train

-    Stage de niveau 3:    4200 euros – réservé aux stagiaires ayant passé avec succès les niveaux 1 & 2
. Durée : 5 semaines (possibilités en Novembre)
. Hebergement : Maison de retraite “L’ornière boueuse” à Bohain en Vermandois (02)
. Nombre de stagiaires : 1 personne
. Activités :    Saisons 1 à 10 du Renard
Méditation
Insomnie
Lecture de tout Marguerite Duras en version Poitevine
Mots croisés de Guy Brouty
Le jour du départ, arrivée à la station de cars de Bohain en Vermandois 2 jours avant l’arrivée du car   

  Pilote de ma série «  Hôpital Story «  :  http://youtu.be/pZsPE9nhU_c

 

 

Le soleil astiquait ses rayons de miel, brillait,  tout haut dans le ciel.

Sur terre, toute blottie près d’une rangée de tomates, Feuille de salade se lamentait d’un terrible ennui même si de temps en temps Doudou l’escargot venait lui rendre visite pour lui grignoter les oreilles.

 Un jour, une gentille fée qui passait par là, entendit les pleurs de feuille de salade.

-         pourquoi es- tu triste, Feuille de salade ?

-         personne ne viens me voir, sauf, de temps en temps Doudou l’escargot avec Loulou le poux , me grignotent les oreilles

 La fée regarda monsieur Soleil qui lui souriait et se gratta le menton de sa baguette magique, en sorti eu une idée. Des étincelles  dansaient autour de sa baguette. Quatre petites pattes entouraient feuille de salade.

Feuille de salade, s’en alla, toute heureuse mais oubliant de remercier la fée. Celle –ci en fut vexée. Maintenant Feuille de salade explorai le potager, saluant les tomates, les radis, et les concombres. Elle gambadait, si vite, que Doudou l’escargot ne pu la rattraper, et ses oreilles n’étaient plus grignotées.

Mais la nuit arriva et elle était perdue. Elle croisa Doudou qui avançait tout mou avec Loulou son poux, lui demanda pourquoi elle était si apeurée. Elle lui dit qu’elle avait perdu son chemin. Doudou, tout mou , jeta Loulou le poux qui tomba à genoux sur les cailloux, se gratta la coquille avec ses antennes, et dit : Feuille de salade , tu es malade, tu te balades, Mélasse, la limace bien grasse est affamée,  va manger tes pieds et même ton nez . Doudou lui indiqua le chemin et Feuille de salade oublia de le remercier, il en fut vexé.

Chemin faisant Feuille de salade tombe nez à nez avec Mêlasse la limace bien grasse qui se prélasse sur sa palliasse. Mêlasse, pitié , s’écris Feuille de salade, ne manges pas mes pieds et mon nez. Il y en a assez de Doudou et ses poux.

Plus tard , dans la nuit alors que la lune était coiffée de fine écume de brume , elle croisa Loulou le^poux de Doudou parés de ses plus beaux bijoux.

Bonsoir, Loulou le poux, mais où est Doudou tout mou ?

-         Doudou le tout mou, dit Loulou le poux, est parti manger les choux, mais gare au hibou !

-         On peux le suivre à la trace comme Mélasse la limace bien grasse qui a quitté sa paillasse.

 » Où sont les choux ? «  demande Feuille de salade à Loulou le poux orné de ses plus beaux bijoux, qui à mal aux genoux à cause des cailloux.

Feuille de salade parti en direction des choux, oublia de remercier les poux qui en furent vexés.

Feuille de salade arriva près des choux et vit Doudou l’escargot, Mêlasse la limace bien grasse qui tenait sa paillasse, Loulou le poux paré de ses plus beaux bijoux, la Fée et sa baguette magique, le soleil astiquait déjà ses rayons de miel.

-         Feuille de salade, nous t’avons tous aidé et tu ne nous a pas remercié, dirent ensemble, Doudou, Loulou le poux, Mélasse la limace bien grasse, et la Fée. Nous t’enlevons tes pattes et tu ne te promèneras plus et Doudou et Loulou le poux, orné de ses plus beaux bijoux te grignoterons les oreilles.

C’est la raison que l’on dit que les salades sont un peu sourdes ( dure de la feuille )           

 

Les cailles 

Les cailles mangent du raisin

les grenouilles  du romarins

les chenilles du caca- boudin

que mangent les martiens

on n’en sait rien

des oiseaux, des sauriens

comme nous , on le sait bien

les cailles mangent dans ma main

des grappes de raisins

et ces enfants vilains

chassent, tôt, le matin

 

L’ordre institutionnel ou celui des vaches folles.   

Certains individus, dans leur esprit de discernement négatif, leurs soucis de normalise, issu d’un mimétisme social et parental n’intègrent plus depuis longtemps les modifications de comportement face au
différentes situations, mêmes peu complexes que nous subissons quotidiennement. Ils restent englués dans un comportement linéaire sans sortir des normes sociales, éducatives, philosophiques que l’institution leur à apporté. L’erreur
est qu’ils ont peur du jugement social qui en découle. Tout entorse à la règle est jugée par autrui lequel ayant intégré la norme comme étant inaliénable. Cela peut ce prévaloir source d’une hégémonie comportementalisme, le
comportement étant, non une caractéristique individuelle mais une norme sociale établie et ce qui s’en écarte sont jugé. L’attitude passive acceptante  privilégiée par les institutions pour gouverner et contrôler, en fait une norme sociale. La
sacralisation des étudiants par l’institution qui, pour avoir un pouvoir absolu et le monopole universel sur le savoir, tend à procéder à l’extinction des autodidactes, qui pour le carcan du pouvoir deviennent des « électrons
libres » que la société ne peut contrôler. La formation via l’institution devient une référence sociale qui invalide toute autre forme de savoir. Par contre ceux, de moins en moins nombreux qui adoptent une attitude active modifiante, voulant
infléchir les dogmes établis sont immédiatement mis au pilori, la société rejetant les « hors normes ». L’individualité n’est plus reconnu dans une société, seul la norme prédomine. Nos étudiants sont contraints
d’absorber, non de l’herbe fraîche des pâtures choisis, mais de la farine dont certains bovidés ont fait les frais. Alors à leur tour ils transmettrons cette état d’esprit à leurs descendance et l’institution s’en trouvera le gardien sacré du savoir ôtant à l’individu cette notion essentielle de liberté.  L’individualité et son savoir sera contrôlé par le pouvoir social et nul ne pourra s’y soustraire. L’individu y laissera sa conscience, son individualité, sa liberté. Il ne s’attaquera plus au pouvoir établi, le
considérant comme vérité absolue. La prise conscience et le sens critique devient émoussé par cette attitude passive acceptante

 

       

                     

Laisser un commentaire

POUSSIERES DE FEE |
Navajo y el enigma de EOI |
lectures |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogfanlucky
| Promenades d'un(e) rêveur(se)
| Barnabe Book Blog